Poème d’une confinée

Durant le confinement, chacun cherche à s’occuper comme il peut. Certains vont lire, d’autres regarder des séries ou jouer au loup-garou en ligne. Mais après avoir fini pour la quinzième fois l’intégrale de Game Of Thrones, il faut trouver de nouvelles idées pour ne pas dépérir. Une lectrice anonyme du Sun7 nous a partagé son œuvre d’une soirée. C’est sûrement après s’être retourné le cerveau sur un problème particulièrement ardu d’amplificateur opérationnel qu’elle a commencé à perdre la raison. Mais c’est de la folie que naît l’art, n’est ce pas ? Voici donc ce qu’elle a rédigé :

 

Inverseur comme suiveur

Il est très utile pour les ingénieurs

Réputé pour sa fonction d’amplification

Il faut néanmoins faire attention à la saturation

 

Je vous laisse digérer la perfection artistique qui se dégage de cette œuvre. Ce n’est en effet pas tous les jours que l’on peut apprécier de tels vers. Il aura fallu un virus dévastateur et un confinement strict de l’entière population française afin qu’ils voient le jour. Ce n’est que lorsque ces différentes conditions ont été réunies que le génie a frappé notre lectrice. La structure même du poème rappelle l’objet dont il est question : les rimes sont suivies, comme le montage suiveur dont sont friands les 3EA. En le lisant, nous sommes profondément ébranlés, nous ressentons toute la détresse et la panique de la poète face à l’électronique. Appréciez ces quelques vers, lisez-les et relisez-les (si vous le faites vraiment, c’est que vous vous êtes perdu très profondément dans votre confinement, auquel cas nous vous invitons à organiser un Skypapéro au plus vite, il y a urgence !)

 

Voltaire

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.